ce-qui-me-plait-vie-expatriee-andorre
Expatriation

Ce qui me plaît dans ma vie d’expatriée en Andorre

13 mars 2022

Hello très cher lecteur,

Aujourd’hui je reviens sur mon parcours d’expatriée et sur les choses qui me font aimer l’Andorre mais surtout y rester. Voilà maintenant que j’entre dans ma 3ème année d’expatriation et malgré le fait que Andorre devient une destination de plus en plus privilégiée par les expatriés, je remarque que peu d’expatriés partagent leurs expériences. 

Pourtant la Principauté est un très bel endroit pour y vivre et je te parle aujourd’hui de ma bulle au cœur des Pyrénées. 

Dans cet article, je ne vais pas parler de fiscalité, parce que contrairement à beaucoup d’expatriés en Andorre, ce n’est pas le système fiscale Andorran qui m’a décidé à partir de la France.

La sécurité, un des critères primordiaux

J’en ai déjà parlé il y a deux semaines, l’Andorre présente un taux de criminalité proche de zéro et ce n’est pas un mythe.

C’est l’une des choses que j’ai remarqué les premières fois où je suis venue avant de penser à réellement m’y installer. Que tu habites en pleine capitale ou dans le fin fond de la montagne, la sécurité est totale. 

J’ai appris a être pleinement femme depuis que je suis expatriée en Andorre, je n’ai plus peur de mettre une robe ou de la longueur de ma jupe. Je n’ai plus à penser aux vêtements que je dois mettre en fonction de l’heure à laquelle je sors. 

Je suis aussi l’heureuse belle-maman de deux garçons : un ado et un enfant de moins de dix ans. Et ils aiment tous les deux venir passer leurs vacances en Andorre. Je n’ai pas peur de perdre de vue mon plus jeune beau-fils quand il est à l’air de jeu, car RIEN ne peut lui arriver. 

C’est un pays qui est très children-friendly, ils aiment les enfants et font tout pour développer de belles infrastructures pour leurs développements. C’est une destination d’expatriation que je recommande vivement à des familles qui peuvent se sentir en insécurité dans leur pays.

Les paysages

EVIDEMMENT que j’allais en parler, l’Andorre c’est des paysages DE FOU. De la neige en hiver, une nature luxuriante en été et des points de vue imprenables à toutes les saisons. 

Depuis que je suis ici, j’ai commencé à me mettre à la photo de manière très très très amateur. Ce que j’aime avant tout c’est de chercher des endroits un peu cachés ou en hauteur qui me permettent d’avoir des paysages uniques. 

À chaque saison, c’est un nouveau paysage qui apparaît et du coup on peut très bien faire la même balade à chaque saison sans s’ennuyer.

La bienveillance des personnes

Quand tu grandis dans le même pays toute ta vie, tu as cette vision assez restreinte qui s’arrête seulement à ce que tu as vu et connu dans ce pays. Et par conséquent tu as un seul et unique point de vue sur plein de choses. En partant de la France, j’ai appris beaucoup de choses, comme le fait par exemple d’entrer et de vivre dans un Pays qui n’est pas le “tien”. 

Un pays dans lequel tu ne peux pas voter, qui a son propre fonctionnement ainsi que ses propres coutumes.

Mais ce n’est pas parce que tu n’es pas citoyen de ce pays que tu n’y es pas intégré. Et c’est la bienveillance qui prime et qui permet d’aider à l’intégration.

En Andorre, j’ai ressenti un sentiment général de bienveillance. Bien entendu, ce n’est pas le pays des bisounours, comme partout il y a des gens cools et moins cools. Mais dans sa globalité, j’ai généralement été bien accueilli par les personnes ici. 

Et le fait de prendre du recul sur mon pays d’origine m’a fait prendre conscience de pleins de choses, de beaucoup de codes implicites qui sont ancrés dans la culture française mais qui ne le sont pas dans la culture catalane. 

Par exemple : le touriste français moyen est en fait exécrable à l’étranger : il ne sait pas parler anglais et impose à tous son langage, exige des choses ou ne respecte pas les règles du pays dans lequel il est. Je n’ai pas envie de faire de généralités dans cet article mais c’est le sentiment persistant que j’ai à l’égard de mes compatriotes malheureusement.

La proximité avec la France et l’Espagne

Il faut bien comprendre que Andorre, c’est une bulle au coeur des Pyrénées. C’est comme un cocon où on se sent à la fois loin mais proche de tout.

Je m’explique.

Quand il y a eu le premier (et seul) confinement en Andorre, toute cette folie de COVID était à des années lumières de mes montagnes. Tous les gros titres de la presse française ne m’atteignent plus autant depuis que je vis ici. Je me sens dans ma bulle, protégé de tout.

A contrario, je suis à 2h30 de Toulouse et de Barcelone, ce qui s’avère très pratique pour prendre l’avion où tout simplement pour faire du tourisme puisque je suis à l’orée de deux frontières.

Moi qui ai grandi en bord de mer, dès que je me sens un peu nostalgique, je sais que j’ai le choix entre les plages de la Costa Brava ou les plages du sud de la France. Ce qui me permet de partir un week-end tranquille en bord de mer.

C’est un avantage qui n’est pas assez mis en avant je trouve et pourtant c’est d’une richesse culturelle !

Le climat

Habiter en Andorre, c’est profiter de 300 jours de soleil par an en moyenne mais aussi vivre les 4 saisons. Quand j’habitais à Nantes, je ne me rendais pas compte à quel point il pleuvait TRES souvent et puis pour être honnête on a plus 2 à 3 saisons distinctes que 4. L’air est humide et pour une asthmatique comme moi, c’était pas le cadre idéal. 

C’est en déménageant que je me suis rendue compte de toutes ces choses. Ici par exemple, je tombe beaucoup moins souvent malade, enfin à vrai dire presque plus. Je n’ai plus mes rhinite / sinusite infectieuse annuelles et je dois dire que je suis bien contente de m’en passer. 

Concernant l’asthme, l’air est sec et les acariens ne vivent pas à plus de 1500m d’altitude. Bon moi je suis à 1300m mais je remarque que le climat fait qu’il y en à très peu. 

Le climat sec andorran est vraiment agréable puisqu’en hiver, si tu as quelques jolis rayons de soleil, tu peux te retrouver sur les pistes de ski, assis à boire un verre en T-shirt ! 

Contrairement aux clichés que j’avais de la montagne, l’été c’est aussi cool qu’en hiver. Il y a des activités différentes à chaque saison et l’été ici est loin d’être frais. 

La qualité de vie

Cet article résume assez bien la qualité de vie qui est offerte en Andorre. On a des paysages de dingues, une sécurité incroyable et en plus de ça on à deux choses vraiment top c’est : 

  • La sécurité sociale ;
  • L’aspect multilingue.

Comme beaucoup d’expatriés français, je pense, j’ai eu beaucoup de personnes de mon entourage qui s’inquiétaient que je “perde la sécurité sociale française”. Comme si c’était un critère pour rester vivre en France. 

Mais quelle fût leur surprise quand je leur ai vanté les mérites de la CASS, autrement dit la sécurité sociale Andorrane.

Et c’est d’autant plus d’actualité pour moi depuis que je me suis magistralement cassé la gueule en haute montagne cet été. J’ai eu la chance d’être héliporté par de charmants pompiers andorrans jusqu’à l’Hôpital d’Andorre-La-Vieille. Mais bref là n’est pas le sujet. Je suis encore, après 6 mois en rééducation chez un kiné et je suis très bien remboursé par la sécurité sociale alors que ma mutuelle ne fonctionne pas encore.

Je suis limite mieux remboursée ici qu’en France ! 😂

Concernant l’aspect polyglotte, la plupart des gens parlent 2 langues au minimum. À l’école française par exemple, ils apprennent, l’espagnol, l’anglais et le catalan en plus.

Dans les crèches, dû aux différentes nationalités des gardiennes, les enfants se retrouvent à entendre jusqu’à 5 langues : français, anglais, espagnol, catalan et portuguais.

Pour les personnes qui s’installent ici sans parler un seul mot d’espagnol ou de catalan, bienvenue au club ! Le gouvernement met à disposition, gratuitement, dès cours de Catalan en présentiel dans une classe ou sur des postes informatiques. Il y a aussi pas mal d’événements du style des cafés / apéros avec des personnes catalanes pour apprendre à pratiquer la langue. Et cela existe pour différents langages. 

En habitant ici, j’ai aussi appris ce que c’était d’avoir une réelle qualité de l’air. Cela peut paraître un peu bête mais en ayant habité dans une grande ville, je ne me rendais pas spécialement compte des effets de la pollution sur ma santé et sur ma peau. 

La culture catalane et le mélange des autres cultures

Andorre, c’est avant tout une principauté catalane cosmopolite. Beaucoup d’andorrans sont issus de mélanges de cultures : portugaise, espagnol, française, sud-américaine. C’est un très beau métissage rien que pour ça.

Mais quand tu ajoutes toutes les nationalités d’expatriés qui y vivent, tu as alors une Principauté complètement cosmopolite où les gens vivent globalement en harmonie. 

Ma vie en Andorre est très tranquille et même après 3 ans ici, je suis loin d’avoir découvert tous les secrets de la culture catalane. Des fêtes nationales aux plats typiques, c’est une richesse à laquelle je ne m’attendais absolument pas à trouver.

Et même au-delà de ça, il y a beaucoup d’argentins et de sud américains aussi, qui viennent réinventer certaines traditions culinaires et le mélange de tout ça, c’est vraiment une dinguerie !

Au cas où tu ne le savais pas, j’aime manger, c’est une presque une passion. Et en arrivant ici, j’ai été agréablement surprise sur cet aspect-là. En plus, je viens du nord de la France, à la frontière de la Bretagne (ou en territoire breton ça dépend des gens) et donc je ne connais pas non plus les spécialités culinaires du sud de la France ! 

Ici j’ai découvert ce genre de choses comme le “Pan con tomate” avec le jambon de pays, ou encore les tapas ! Ohlala, j’arrête ici sinon je vais partir en roue libre.

Conclusion sur ma vie d’expatriée en Andorre

Tu l’auras compris, être expatriée c’est avant tout découvrir des richesses culturelles, d’autres manières de vivre dans un pays inconnu. Et contrairement à ce que l’on peut penser, l’Andorre ne fait pas exception. Cela à beau être un tout petit pays, il profite d’une richesse culturelle inattendue rattachée à son appartenance historique au territoire de la Catalogne. 

C’est aussi une bulle dans laquelle je me sens énormément en sécurité et épanouie avec de nouveaux paysages à découvrir à chaque saison.

Si cet article t’a plu ou que tu as des questions sur ce sujet, n’hésite pas à mettre un petit commentaire sous cet article !

Only registered users can comment.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *