taux-criminalite-andorre
Expatriation

Taux de criminalité proche de 0%, L’Andorre est-il le paradis pour se sentir en sécurité ?

27 février 2022

Hello très cher lecteur,

Aujourd’hui je vais te parler de la fameuse “sécurité” en Andorre. Voilà presque 3 ans que j’habite dans la Principauté, pour mon plus grand bonheur, alors je pense que c’est le moment où je me sens légitime pour te parler de la vie ici.

Mon but avec ce blog est de parler d’expérience d’expatriation mais aussi de témoigner de ma propre expérience en Andorre pour laisser une trace aux futurs expatriés qui souhaitent s’installer en Andorre.

Alors la question que tout le monde se pose : L’Andorre est-il vraiment un pays safe ?

Comme d’habitude, je ne vais pas passer par 4 chemins et je vais te répondre un grand OUI, ce n’est pas un mythe. 

1 – Se sentir en sécurité : Un des déclics qui m’a fait m’installer en Andorre

Je m’en rappellerais toute ma vie, mon premier réveil en Andorre. J’étais arrivée en pleine nuit et donc je n’avais pas eu la chance de voir les montagnes et le paysage qui m’entourent. Mais ça a été un sentiment de plénitude, loin de tout, dans une bulle.

Puis j’ai été me balader en ville, un beau jour de début juin 2019. Le constat a mis quelques jours à venir, puis s’est confirmé les mois suivants : la sécurité n’est pas un mythe ici. 

Pas de gros lourds qui viennent te demander une cigarette ou ton numéro de téléphone. Pas de mecs bizarres dans les petites rues. Les rues sont propres, il n’y pas de sans abri, ça n’existe pas ici.

Ce constat-là était d’autant plus flagrant quand je prenais le train pour rentrer en France. J’arrivais en gare de Matabiau à Toulouse puis je devais rejoindre l’aéroport en transport en commun. En descendant du train à Toulouse, j’ai été prise d’une crise de panique : des militaires du plan vigipirate armés, des mecs un peu bizarres, des sans abris tristement assis dans des endroits où personne ne viendra les embêter. Je me suis faite accostée, mater de la tête au pied, et je sentais une ambiance d’insécurité que je n’avais plus ressenti depuis que j’étais en Andorre. Ce stress permanent, que tu ressens en tant que femmes, quand tu te balades dans les rues d’une grande ville, seule, à n’importe quelle heure de la journée. Cette méfiance permanente met tous tes sens en alerte.

J’habitais encore à Nantes à ce moment-là, donc dès que j’allais en centre ville, je me transformais en ninja prête à fuir ou à courir si on venait m’enquiquiner. 

Tout ça je ne le ressentais pas quand j’étais au cœur de mes montagnes.

2 – Vivre dans un pays ultra-safe : concrètement ça se traduit comment tous les jours ?

C’est une excellente question et comme je te l’ai dit en début d’articles, je vis ici depuis un petit moment maintenant donc j’ai adopté des comportements différents ici comparé à la France. 

L’oubli des clés de voiture sur le moteur

J’ai un fiancé très tête en l’air qui arrive à oublier de couper le moteur de la voiture avant de partir en rendez-vous en pleine capitale à Andorre-La-Vieille. Bien entendu : les clés étaient sur le contact, condition indispensable pour que la voiture fonctionne. 

Eh bien spoiler alert : la voiture était encore là à son retour. 😂

Il se serait passé la même chose à Nantes, la voiture ne serait plus là depuis un moment ! 

Être femme, partout et à toute heure

C’est bien quelque chose qui a changé ma manière de vivre quotidienne. J’aime me fondre dans la masse et malheureusement en faisant 1m80, je ne passe pas vraiment inaperçue dans la rue. 

Du coup, j’ai toujours eu un problème à assumer ma féminité, parce que je n’avais pas envie d’attirer l’attention. Déjà qu’à Nantes en étant juste en jean et T-Shirt, je me faisais accoster alors tu imagines si je m’habillais avec une jupe, une robe ou un décolleté ? 

Mais tout a changé depuis que je réside en Andorre. J’ai appris à aimer porter des vêtements plus féminins, plus taillés près du corps : des robes, des jupes, des crop top, des décolletés. 

C’est super cool de se dire le matin, “j’ai envie de porter une robe” sans se demander quel est l’itinéraire prévu dans la journée. 

En 3 ans, je ne me suis JAMAIS fait accostée, peu importe ma tenue, aussi bien en journée, en soirée et même en pleine nuit dans la capitale. 

Et pour moi c’est un pas de géant. 

Je n’ai plus peur de me faire voler mon sac ou mon téléphone en Andorre

Dans le même registre, j’ai déjà laissé mon sac à main sur le siège avant de ma voiture garée en ville pendant des heures. Une fois, une copine avait oublié son portefeuille sur une table de bar derrière nous et devines quoi… on a retrouvé ce portefeuille 30 minutes plus tard, toujours au même endroit.

Parfois j’oublie de fermer ma voiture alors que j’ai tous mes papiers dedans, je laisse mon téléphone dans ma poche de jean arrière, et des exemples de ce genre, j’en ai encore beaucoup mais je ne me suis jamais rien fait volé.

Adieu les vols à domicile dans la Principauté

En 3 ans, j’ai vécu dans 3 logements différents, du petit 40m2 au chalet et maintenant à un appartement plus classique. Je n’ai jamais fermé ma porte à clé….. Dans mon garage, je peux stocker des choses sur ma place de parking sans avoir peur de ne pas les revoir le lendemain.

Ici, je n’ai jamais peur qu’on entre chez moi par effraction en pleine nuit ou lorsque je suis en dehors de la principauté pour quelques jours. La seule chose qui me préoccupe quand je pars en vacances, c’est de garder mes plantes en vie !

Dans la même dynamique, je connais des personnes qui ont une partie de leur garde-manger sur leur palier d’appartement et qui ne se sont jamais fait voler quoique ce soit.

C’est vraiment un monde à part, une bulle au cœur de l’Europe.

Aussi, une chose que je tiens à préciser, c’est que tu sens que les policiers sont là pour t’aider et pas pour te sanctionner ou faire la loi. Si tu te gare à un endroit inapproprié et qu’un agent est dans le coin, il va taper à ta vitre, te prévenir que ce n’est pas un endroit où stationner et t’orienter vers un lieu plus adéquat. Ils sont au service de la population et ça se remarque ! 

Même lors des contrôles aléatoires de police, on te demande les papiers de ton véhicule et ce n’est pas rare qu’un policier se mette à discuter avec toi en toute simplicité. 

Pendant les périodes de recrudescence de COVID, des agents étaient placés dans les grands axes pour veiller à ce que tout le monde porte un masque. Et en cas de non respect, un agent venait te voir et te demandait simplement de le mettre, sans agressivité. 

Après il faut savoir aussi que les catalans sont plutôt cools et disciplinés. S’il y a un taux de criminalité proche de zéro c’est en grande partie due à ça. Les policiers ne sont pas en sous-effectifs, au bord du burn-out comme on peut souvent le remarquer en France. Ici, c’est très respectueux et comme toute relation, ça se passe ainsi dans les deux sens.

Maintenant le côté “moins cool” qui est en fait un faux problème c’est que quand je retourne en France, j’oublie ces réflexes de protections et de méfiance, donc je dois un peu tout réapprendre : ne pas laisser d’objets de valeur dans ma voiture, la fermer à clé, avoir une tenue « décente » pour aller en ville, rentrer d’un soirée dans un bar en petit groupe… Mais au final, c’est ce qui fait aussi le charme de l’Andorre, c’est que j’ai tellement hâte de rentrer à chaque fois dans mon cocon et de laisser tomber mes barrières ! 

Voilà, premier article sur la vie en Andorre de 2022, le premier d’une longue série j’espère.

N’hésites pas à me poser des questions en commentaires sur l’expatriation, l’Andorre ou autres ! 

Prends soin de toi,

Manon

Only registered users can comment.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *